L’Athlétisme... - Les sauts
 
 
> Les sauts

Le saut en hauteur :
Le principe est simple : il s’agit de sauter au dessus d’une barre transversale sans la faire tomber.
L’histoire du saut en hauteur est marquée par des innovations en termes de saut :

  • En 1874, l’Américain William Page développa le franchissement de la barre en ciseaux.
  • En 1912, Georgie Horine (USA) inventa le « rouleau californienne » qui consistait à enrouler la barre de face après une prise d’élan latérale.
  • En 1968, aux JO de Mexico, l’Américain Dick Fosbury fut le premier athlète à franchir la barre sur le dos et à atterrir sur les omoplates. Il obtint d’ailleurs la médaille d’or sur le concours.

  • L’athlète peut commencer à la hauteur qu’il souhaite à partir du moment où celle-ci est plus élevée que la hauteur minimale imposée par les officiels. Il poursuit le concours à chaque tentative réussie et est éliminé après trois échecs consécutifs sur une même hauteur. La victoire revient naturellement à celui qui saute le plus haut. Il arrive souvent que plusieurs concurrents butent sur la même hauteur. Dans ce cas la récompense revient à celui qui aura eu besoin du moins grand nombre d’essais pour franchir la dernière hauteur. En cas d’égalité on prend en compte l’ensemble du concours.

    Le saut à la perche :

    Le règlement du concours est globalement le même qu’en hauteur. Exception faite de la position des mains, qu’on n’a pas le droit de déplacer sur la perche pendant le saut et qu’on ne peut pas non plus utiliser pour tenir la barre au moment du franchissement. Le règlement n’impose aucune restriction concernant la longueur ou le matériau des perches.


    Le saut en longueur :
    Il s’agit de sauter le plus loin possible à partir d’une planche d’appel dans le bac de réception contenant du sable. Pour qu’un essai soit comptabilisé, il faut que l’athlète n’ait pas « mordu », c’est-à-dire que le pied d’appui n’ait pas dépassé la planche d’appel, laissant une empreinte dans la bande de plasticine. Le classement s’établit au meilleur des 6 sauts. La longueur de la course d’élan est laissée à l’appréciation de l’athlète.

    Le triple saut :

    Le principe et les règles sont les mêmes que pour la longueur à la différence près que l’athlète effectue un saut à cloche-pied puis un grand pas avant de terminer dans le sable. La planche d’appel est située à 13 mètres du sable pour les hommes et à 11 mètres pour les femmes.



     
    Copyright © 2006 - LRA -FREEXION Tous droits réservés - Conception WEB : EXPERNET